Île aux Cochons



D’ordinaire, seul le Cap Verdoyant permet d’accoster sans danger ici. Le reste de l’île est farouchement défendu par des falaises d’érosion marine continues. Il semblerait cependant que nous n’ayions pas choisi le meilleur moment pour venir, d’autres éléments faisant obstruction à notre visite.


Cela fait trois semaines que nous patientons au large, empêchés tantôt par le brouillard, tantôt par l’hologramme.

Une équipe internationale de techniciens profite en effet des rares fenêtres météo pour poursuivre l’installation d’un hologramme géant, destiné à informer en temps réel les nombreux navires qui sillonnent la zone.

L’image mesurera  près de 8 kilomètres de large par 600 mètres de haut. Elle sera visible à 145 kilomètres par temps clair, et lisible jusqu’à 90 kilomètres. Elle comportera essentiellement du texte défilant, et fonctionnera lorsque la couche de nuages, devenue trop épaisse, rendra impossible la transmission d’informations indispensables aux marins.


Si l’Île aux Cochons n’avait jamais été durablement habitée, elle ne le sera désormais plus du tout.

Tenu à distance par la puissance des rayons laser, l’homme sera ici interdit de territoire.


Nous éprouvons une sensation similaire depuis des jours, maintenant.

Comme nos futurs enfants ici, nous sommes nous même tenus à distance, et séparés de fait d’un passé

qu’il nous est interdit d’examiner.

L’image dont la présence est annoncée mais dont l’absence crève les yeux, nous empêche de voir.

L’image future nous maintient dans le présent.

Nous n’avons pourtant qu’une seule prétention, une seule mission : prélever les traces de notre passé,

en produire une image, puis une deuxième, puis une troisième, et ainsi reconstituer l’histoire qui nous fait défaut.


Cet hologramme en construction, prometteur d’une belle pagaille écosystémique, procure dores et déjà

un puissant vertige spatiotemporel.

46° 06’ S

50° 14’ E

Océan

Indien

Terres Australes et Antarctiques Françaises

66,7 km2 / Inhabitée

DESSINS PRÉLIMINAIRES2096_Dessins_preliminaires_1.html
2096, LA FORTUNE EST DERRIÈRE2096_Sommaire.html